l'enquête de population MONICA-FRANCE


INTRODUCTION - METHODOLOGIE - LES FACTEURS DE RISQUE - CONCLUSION
LES EQUIPES PARTICIPANT AU PROJET

 

INTRODUCTION

En France, trois registres recueillent et analysent les données de mortalité et de morbidité coronaires depuis 1985, dans les départements du Bas-Rhin et de la Haute-Garonne, et la Communauté Urbaine de Lille. Ils ont réalisé parallèlement des enquêtes transversales sur des échantillons représentatifs de la population.

Les trois centres ont travaillé dans le cadre du projet MONICA (Multinational MONItoring of trends and determinants in Cardiovascular disease). Il s'agit d'une étude internationale planifiée et coordonnée par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) ayant pour objectif de mesurer les tendances et les déterminants de la mortalité et de la morbidité par maladies cardio-vasculaires et d'étudier les facteurs de risque de ces mêmes maladies. Au total, 39 centres répartis dans 27 pays à travers le monde ont participé à l'enquête de 1985 à 1995, dont trois en France.

Les données présentées sont celles recueillies lors de l'enquête de population la plus récente (1995-97) réalisée dans les centres français.

Il nous a semblé utile de diffuser ces informations à un large public afin que ces données récentes et synthétiques puissent être utilisées dans la réflexion en cours sur le système de santé et la prévention cardio-vasculaire.

Les lecteurs intéressés par plus de détails sont invités à contacter le centre coordinateur l'Unité 258 de l'INSERM, ou l'un des trois registres.

 


METHODOLOGIE

Le recueil des données - La population étudiée - Les taux annuels d'infarctus


Les enquêtes de population ont été réalisées entre 1995 et 1997 parallèlement dans les trois registres français de Lille, Strasbourg et Toulouse.

Les sujets sélectionnés constituent un échantillon de la population, tiré au sort sur les listes électorales, avec des taux de réponse indiqués ci-dessous. Chacun des trois échantillons comprend environ 1200 hommes et femmes âgés de 35 à 64 ans, également répartis en trois tranches d'âge de 10 ans. Les données présentées ici ne concernent donc que les hommes et les femmes âgés de 35 à 64 ans.


Le recueil des données

Il a été réalisé par un enquêteur dans un centre d'examen de santé ou au domicile du sujet grâce à un questionnaire de près de 400 questions. Un certain nombre de mesures ont été faites sur place : poids, taille, tour de taille, tour de hanches, prise de la tension artérielle, fréquence cardiaque. Un prélèvement sanguin a été effectué à jeun pour le dosage des constantes biologiques. Afin d'assurer la qualité et la comparabilité des résultats, une harmonisation du recueil des données est assurée par le centre coordinateur et les rencontres entre équipes sont régulières.

Taux de réponse des échantillons :

hommes

femmes

Communauté Urbaine de LILLE

77 %

77 %

Bas-Rhin - STRASBOURG

51 %

50 %

Haute-Garonne - TOULOUSE

66 %

59 %



La population étudiée

hommes

femmes

Lille

Stra

Toul

Lille

Stra

Toul

nombre de sujets inclus

601

563

614

594

568

568

statut marital (%)

célibataires

6

5

6

6

5

6

mariés ou assimilés

87

89

89

72

80

81

séparés, divorcés

5

4

5

12

6

8

veufs

2

2

0

10

9

5

niveau d'études

durée moyenne (années)

11.5

12.3

12.8

10.9

11.4

12.4

niveau bac et plus (%)

34

33

39

27

29

36

catégorie socioprof. (%)

agriculteur-Exploitant

0

5

2

1

4

1

artisan-commerçant-chef d'entreprise

11

7

11

6

4

6

cadres-prof. supérieures

18

12

20

9

6

10

professions intermédiaires

25

33

28

19

25

27

employés

12

9

14

46

45

43

ouvriers

34

34

25

17

14

8

sans activité professionnelle

0

0

0

2

2

5

 


Taux annuels d'infarctus du myocarde en 1993
(premiers événements et récidives)

par sexe

hommes

femmes

233 /100 000

37 /100 000




par registre et par sexe

 

hommes

femmes

Lille

260 /100 000

45 /100 000

Strasbourg

245 /100 000

42 /100 000

Toulouse

193 /100 000

23 /100 000

Ces chiffres concernent l'année 1993.

Ils correspondent à la définition suivante : infarctus du myocarde certains documentés selon les critères MONICA internationaux auxquels s'ajoutent les infarctus possibles avec un diagnostic clinique d'infarctus du myocarde.


 

 

LES FACTEURS DE RISQUE

Vue d'ensemble - La consommation de tabac - La consommation d'alcool - La sédentarité - L'hypertension artérielle - L'hyperlipémie - Le diabète


Fréquence des facteurs de risque dans la population : Vue d'ensemble

   

Lille

%

Stra

%

Toul

%

tabac

       

³ 1 cigarette/jour

hommes

31

22

23

 

femmes

15

13

20

         

consommation d'alcool

       

hommes : ³ 40 g d'alcool pur/jour

hommes

39

29

28

femmes : ³ 20 g d'alcool pur/jour

femmes

25

13

12

         

hypercholestérolémie

       

Taux chol. ³ 2.5 g/l

hommes

38

41

33

et/ou traitement en cours *

femmes

33

39

30

         

hypertension artérielle

       

PAS ³ 160mm Hg et/ou PAD ³ 95

hommes

33

34

21

mmHg et/ou traitement en cours*

femmes

26

29

19

         

diabète

       

Glycémie ³ 1.4 g/l

hommes

7

7

5

et/ou traitement en cours

femmes

6

5

3

         

surpoids

       

**Index pondéral ³ 25 et < 30 kg/m2

hommes

42

51

49

 

femmes

31

33

26

         

obésité

       

Index pondéral ³ 30 kg/m2

hommes

18

23

13

 

femmes

22

20

11

         

sédentarité

       

Pas d'activité physique

hommes

84

68

46

extra-professionnelle

femmes

92

82

61

* définition de l'European Atherosclerosis Society, de l'European Society of Cardiology et de l'European Society of Hypertension

** l'index pondéral est calculé grâce au poids et à la taille : IP en kg/m2 = Poids en kg / ( Taille en m x Taille en m)

 

La consommation de tabac

hommes

femmes

Lille

Stra

Toul

Lille

Stra

Toul

fumeurs réguliers (%)
(³ 1 cigarette/jour)

31

22

23

15

13

20

nb moyen de cigarettes/jour
(fumeurs actuels)

20.5

20.3

16.9

16.5

14

13.7

âge moyen de début de tabagisme (ans) (fumeurs actuels ou anciens fumeurs)

17.6

18.3

18.4

22.2

20.2

20.5

ex-fumeurs (%)
(parmi les non-fumeurs actuels)

63

56

55

18

21

27


Chez les hommes, la consommation de tabac est plus élevée dans la Communauté Urbaine de Lille que dans les deux autres régions à la fois en terme de proportion de fumeurs et de quantité fumée.

Chez les femmes, la proportion de fumeuses est plus élevée dans la Haute-Garonne, alors que leur consommation est plus élevée à Lille.

 


La consommation d'alcool

hommes

femmes

Lille

Stra

Toul

Lille

Stra

Toul

consommateurs habituels (%)
(³ 1 verre/semaine)

89

88

78

73

63

53

consommation moyenne totale des buveurs (grammes d'alcool pur /jour)

44.0

33.3

35.0

18.1

12.1

14.3

détail de la consommation (g d'alcool pur /jour)

Vin

23.2

21.4

30.1

9.6

8.7

12.5

Cidre

0.1

0.1

0.0

0.2

0.1

0.0

Bière

13.8

9.4

2.1

5.3

2.5

0.4

Apéritif

6.2

1.9

2.7

2.9

0.9

1.4

Digestif

0.8

0.4

0.1

0.1

0.1

0.0

âge moyen de début de
consommation régulière
(ans)

20.8

20.1

19.6

25.1

22.7

22.5

L'équivalence de la quantité d'alcool contenu dans un verre est spécifique du type de boisson. Un "verre" équivaut à un verre de vin ou de champagne à 12 degrés (10 cl), un verre d'apéritif à 18 degrés (7 cl), un demi de bière ou une boîte de cidre à 5 degrés (25 cl), une dose de whisky, de pastis ou de digestif à 45 degrés (2.5 cl).

Pour les deux sexes, les indicateurs de consommation d'alcool sont tous plus élevés dans la Communauté Urbaine de Lille, puis dans le Bas-Rhin et en Haute-Garonne, région dans laquelle la consommation de vin est la plus forte.

 


La sédentarité

hommes

femmes

Lille

Stra

Toul

Lille

Stra

Toul

activité extra-professionnelle (%)
(intense, durant au moins 20 min plusieurs fois/sem)

16

32

55

8

18

39

activité sportive régulière (%)
(plus de 2 heures/sem)

23

42

40

14

34

32

Une activité physique extra-professionnelle ou sportive est pratiquée de façon insuffisante dans les trois régions, mais l'importance de la sédentarité dans la Communauté Urbaine de Lille doit être soulignée.

 


L'hypertension artérielle

hommes

femmes

Lille

Stra

Toul

Lille

Stra

Toul

fréquence cardiaque moyenne

72

67

66

73

70

69

PA systolique moyenne (mmHg)

137

137

135

131

130

127

PA diastolique moyenne (mmHg)

85

88

82

81

82

77

PA mesurée dans l'année (%)

90

90

90

93

90

91

pour un seuil d'HTA à 140/90 mmHg :

prévalence : PA³140/90 et/ou traitement en cours (%)

49

57

39

42

41

29

HTA connues parmi les HTA (%)

44

39

48

57

60

65

HTA traitées parmi les HTA connues (%)

80

65

63

79

74

77

HTA contrôlées** parmi les HTA traitées (%)

21

8

23

28

30

32

pour un seuil d'HTA à 160/95 mmHg :

prévalence : PA³160/95 et/ou traitement en cours (%)

33

34

21

26

29

19

HTA connues parmi les HTA (%)

62

58

71

82

75

87

HTA traitées parmi les HTA connues (%)

85

74

80

89

85

87

HTA contrôlées** parmi les HTA traitées (%)

57

35

58

66

51

68

chez les hypertendus, nb de consultation/an pour HTA

chez le généraliste 

7

5

4

7

7

5

chez un spécialiste, hôpital ou clinique privée

1

1

0

0

1

0

* pression artérielle<140/90 mmHg sous traitement - ** pression artérielle<160/95 mmHg sous traitement

Dans l'ensemble des régions, des progrès notables de prise en charge de l'hypertension artérielle doivent être faits, puisque le niveau tensionnel d'environ un hypertendu sur cinq n'est pas correctement normalisé par le traitement. La prise en charge de l'hypertension artérielle est essentiellement le fait des médecins généralistes (4 à 7 consultations en moyenne par an).

C'est dans le Bas-Rhin que les difficultés dans ce domaine semblent être les plus marquées ; la proportion d'hypertendus traités, mais surtout le pourcentage de sujets dont le traitement antihypertenseur est efficace, y apparaît nettement plus faible que dans les deux autres régions.

 

L'hyperlipémie

hommes

femmes

Lille

Stra

Toul

Lille

Stra

Toul

cholestérol total (g/l)

2.28

2.34

2.26

2.29

2.32

2.22

triglycérides (g/l)

1.53

1.33

1.19

1.09

0.93

0.87

HDL-cholestérol (HDL-c) (g/l)

0.52

0.52

0.50

0.64

0.63

0.64

LDL-cholestérol (LDL-c) (g/l)

1.49

1.56

1.55

1.44

1.50

1.42

rapport LDL-c/HDL-c

3.13

3.23

3.31

2.44

2.55

2.43

cholestérol mesuré dans l'année (%)

44

54

52

42

57

60

prévalence d'une hyperlipidémie (%)
(chol³2.5 g/l et/ou trigly³2 g/l et/ou traitement en cours)
*

48

48

38

35

40

31

 prévalence d'une hypercholestérolémie (%)
(chol³2.5 g/l et/ou traitement en cours)*

38

41

33

33

39

30

hypercholestérolémie connue (%)
(parmi les hypercholestérolémiques)

44

40

39

45

46

37

hypercholestérolémie traitée (%)
(parmi les hypercholestérolémiques connus)

68

47

64

55

54

54

hypercholestérolémie contrôlée (%)
(parmi les hypercholestérolémiques traités)

72

66

73

56

51

75

n'ont jamais eu connaissance de mesures
de prévention contre l'hypercholestérolémie (%)

24

12

32

19

13

27

* définition de l'European Atherosclerosis Society, de l'European Society of Cardiology et de l'European Society of Hypertension.

Les taux des lipides sanguins diffèrent relativement peu entre les régions. La fréquence de la prise en charge thérapeutique des hypercholestérolémies connues est inférieure à celle de l'hypertension artérielle. Dans l'ensemble, le niveau de prise en charge apparaît plus bas dans le Bas-Rhin.

 

Le diabète

hommes

femmes

Lille

Stra

Toul

Lille

Stra

Toul

glycémie (g/l)

1.02

1.01

1.07

0.98

0.92

0.99

dépistage du diabète fait au moins 1 fois (%)

94.3

91.1

94.5

98.1

91.1

92.6

prévalence du diabète
(glycémie ³ 1.4 g/l et/ou traitement en cours)

6.9

6.6

5.4

6.2

4.9

3.0

diabète connu (parmi les diabétiques) (%)

76

81

76

78

96

82

diabète traité (parmi les diabétiques connus) (%)

87

93

96

100

69

100

diabète contrôlé (%)
(parmi les diabétiques traités avec glycémie< 1.4 g/l)*

37

41

21

29

56

57

 chez les diabétiques connus, nb de consultations pour le diabète/an :

chez le généraliste

6

4

3

8

7

2

chez un spécialiste, hôpital ou clinique privée

1

1

0

1

2

1

* Les effectifs, relativement faibles, ne permettent pas de conclusion quant aux variations régionales.

La prévalence du diabète semble plus élevée dans la Communauté Urbaine de Lille et dans le Bas-Rhin. La proportion de diabétiques traités et dont le traitement normalise effectivement la glycémie est insuffisant dans les trois régions.

Comme pour l'hypertension artérielle, les médecins généralistes sont au premier plan de la prise en charge des diabétiques. Le nombre annuel de consultations d'un diabétique augmente de la Haute-Garonne à la Communauté Urbaine de Lille, le Bas-Rhin étant en position intermédiaire. Les mêmes différences peuvent être observées pour le nombre moyen de consultations des sujets hypertendus.


CONCLUSION

Les disparités régionales de mortalité, de morbidité et de prise en charge thérapeutique de l'infarctus du myocarde dans les trois régions étudiées ont été montrées dans une plaquette récente (voir page Résultats/Registre MONICA). Les résultats de l'enquête transversale de population, décrits plus haut, soulignent quelques pistes pour améliorer l'efficacité du système de soins et des programmes de prévention cardio-vasculaire.

La répartition des facteurs de risque cardio-vasculaire observée dans les trois registres est cohérente avec les données sur la mortalité et la morbidité coronaires. La Haute-Garonne "bénéficie" de niveaux plus faibles, tant des facteurs de risque que de la fréquence de la maladie. Dans le Bas-Rhin, le surpoids et l'hyperlipémie paraissent fréquents et leur prise en charge insuffisante. Le contrôle thérapeutique de l'hypertension artérielle est à améliorer dans les trois régions, particulièrement dans le Bas-Rhin. Dans la Communauté Urbaine de Lille, la consommation d'alcool et de tabac est spécialement élevée.

Les régions, dans lesquelles les comportements de prévention (tabac, index pondéral) et la prise en charge des facteurs de risque cardio-vasculaire (hypertension artérielle, hyperlipémie) sont les plus satisfaisants, sont aussi celles où la prévention générale est la plus développée, comme en témoignent les quelques indicateurs de prévention non cardio-vasculaire retenus dans cette enquête.
Les disparités géographiques de mortalité coronaire recoupent largement les disparités de mortalité par d'autres causes. Elles apparaissent également liées plus étroitement aux différences de létalité cardio-vasculaire qu'à celles de l'incidence de l'infarctus, ce qui pourrait refléter l'importance de l'état de santé général et du comportement de santé sur la survie après un épisode coronarien aigu.
Ceci souligne le fait que l'approche des maladies cardio-vasculaires doit relever d'une double démarche. Elles méritent une réflexion spécifique, centrée sur leurs facteurs de risque, connus et accessibles au traitement, mais elles doivent être aussi abordées plus largement, car le déficit de prévention cardio-vasculaire va de pair avec celui de la prévention générale.

Les données présentées ici concernent les facteurs de risque dits "classique" (tabagisme, hypertension artérielle ou hyperlipémie) accessibles à l'activité curative et préventive du système de soins. L'importance de ces facteurs, liés au comportement de chacun, ne doit pas masquer les facteurs économiques, psychologiques et sociaux dont certains influencent les comportements individuels et ont, pour d'autres, un rôle direct sur l'incidence et la mortalité cardio-vasculaires.


 


LES EQUIPES PARTICIPANT AU PROJET


STRASBOURG

· Equipe actuelle :
Dominique ARVEILER, Bernadette HAAS, Nathalie LAMAMY, Françoise PIERAU, Aline WAGNER, Paul SCHAFFER.

· Ont participé à l'enquête de population 1995-1997 :
Daniel GIESI, Madeleine HOUSET, Maryse SAVOURET, Dona SCHEER, Valérie SARTORI, Valérie GOETZ.

· Ont participé au registre de Strasbourg entre 1985 et 1992 :
Adolfo FACELLO, Muriel FENDER, Danièle JACQUES, Eugenia MARINE-BARJOAN, Véronique MEYER, Eliane UETTWILLER, Monique VELTEN, Clotilde VERON.

· Adresse :
Laboratoire d'Epidémiologie et de Santé Publique
Faculté de Médecine
11 rue Humann
67085 STRASBOURG cedex
Tél : 03 88 36 85 97 - Fax : 03 88 24 01 31
E-mail : monica@medecine.u-strasbg.fr


TOULOUSE

· Equipe actuelle
Jean FERRIERES, Jean-Bernard RUIDAVETS, Dany DECKERS, Christiane SAULET, Solange BARRERE.

· Ont participé au registre de Toulouse entre 1985 et 1997 :
Philippe DOUSTE-BLAZY, Jean-Pierre CAMBOU, Marie BELLON, Marion DUCHANGE, Pascale ESTECAHANDY, Jeannick FOUCAULT, Monique GALINTZKY, Jacky RANDRIANIAINA, Pascale RODIER, Véronique ROUCHE, Anne TIRRONNEAU, Marie-Paule BRANCHU, Sylvie GROUILLARD, Marie-Hélène DUMONT.

· Adresse :
INSERM U518
Faculté de Médecine
37 allée Jules Guesde
31073 TOULOUSE cedex
Tél : 05 61 52 18 70 - Fax : 05 62 26 42 40
E-mail : ferriere@cict.fr



LILLE

· Equipe actuelle :
Philippe AMOUYEL, Michèle MONTAYE, Stéphanette BEAUCHANT, Dominique COTTEL, Catherine GRAUX, Brigitte LEMAIRE, Nadine MARECAUX, Chantal STECLEBOUT.

· Ont participé à l'enquête de population 1995-1997 :
Pascaline DEFOSSE, Monique LACHEVRE, Marie-Françoise LENOIR.

· Ont participé au registre de Lille de 1985 à 1989 :
Jean-Louis SALOMEZ, Marie-Christine NUTTENS.

· Adresse :
INSERM Unité 508
Service d'Epidémiologie et de Santé Publique
Institut Pasteur de Lille
1 rue du Professeur Calmette
BP 245
59019 LILLE CEDEX
Tél : 03 20 87 77 10 - Fax : 03 20 87 78 94
E-mail : Inserm-u744@pasteur-lille.fr



INSERM U258

· Equipe actuelle :
Pierre DUCIMETIERE, Annie BINGHAM

· A participé à l'élaboration de cette plaquette :
Lionel MAGNANI

· Ont participé au centre coordinateur de 1985 à 1995 :
Jacques-Lucien RICHARD, Thierry LANG.

· Adresse :
Hôpital Paul Brousse
16, avenue Paul Vaillant Couturier
94807 VILLEJUIF cedex
Tel : 01 45 59 50 98 - Fax : 01 45 59 51 52
E-mail : ducimeti@vjf.inserm.fr


REMERCIEMENTS

Les registres ne peuvent fonctionner que grâce à la participation et la mobilisation de l'ensemble des médecins généralistes et spécialistes, des hôpitaux, cliniques et universités des régions concernées. En ce qui concerne l'enquête de population, les registres tiennent à remercier tout particulièrement l'INSEE et les Centres d'examen de Santé de leurs régions.

Pour cette enquête, ils ont bénéficié du soutien financier de l'INSERM, de la Direction Générale de la Santé, du Fond d'Intervention en Santé Publique, de la Mutuelle Générale de l'Education Nationale, d'ONIVINS, de la Fondation de France, de la CPAM de Sélestat, de l'Association régionale de Cardiologie d'Alsace, du Conseil Régional du Nord-Pas de Calais, de l'Institut Pasteur de Lille, de l'Unité d'évaluation du CHU de Lille et des Laboratoires Parke-Davis.